Aller au contenu

Motivations du street-hypnotiseur


Recommended Posts

J'ai visionné beaucoup de vidéos et je n'ai pas encore eu la chance de "voir" en vrai, des street-hypnotiseurs (ça ne saurait tarder, il y a une manif. le 16 novembre à Paris) . Une 3ième question me brûle les lèvres .... quelle est VOTRE motivation pour vouloir ainsi, dans la rue, hypnotiser quelqu'un ? En effet, si le phénomène semble encore marginal, il me semble qu'il touche les jeunes gens et les jeunes adultes essentiellement. Est-ce le filtre du web qui me donne cette impression ? J'ai l'impression qu'il y a très peu de street-hypnotiseurs père ou mère de  ... je me trompe ? Dans le même ordre d'idée, à regarder les vidéos et parcourir les forums on a l'impression que les XY sont plus impliqués que les XX dans cette activité ? Là encore, qu'en est-il vraiment ?

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Même si la majorité est assez jeune, nous avons quelques personnes plus âgées dans nos rangs.

 

Par contre, il y a une majorité d'homme c'est vrai. Nous avons quelques filles street-hypnotiseuses sur Toulouse, mais elles sont moins... passionnées. Aborder dans la rue, gérer une foule, c'est loin d'être évident pour nos jolies petites demoiselles ;)

 

Elles viennent nous encourager, se faire re-re-re-re(re?)-hypnotiser, et c'est déjà super :D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les pères et mères de famille ont des occupations que les plus jeunes n'ont pas.  Ils doivent travailler et gagner plus d'argent, faire les courses le ménages, la popote, le linge, le taxi avec de nombreux aller-retours, faire faire le bain, les devoirs etc...  Tant et si bien qu'il ne leur reste plus de temps pour aller faire de street-hypnose.  Pourtant, ce n'est pas l'envie qui manque....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour ce qui est de la motivation. C'est quelque chose que j'aurai aimé découvrir comme ca. Je trouve ca génial de se dire qu'on peut changer toute une après-midi juste en prenant la décision de saisir une opportunité. Personnellement j'aime faire de l'hypnose avant tout pour faire découvrir ce que c'est réellement aux gens. Mais aussi parce que j'adore être hypnotisé. Partant du principe que j'aime faire découvrir ce que j'ai aimé, ca m'a semblé logique :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comparer l'hypnose à l'héro c'est quand même fort. Tu es sûr que tu n'as toi même pas essayer ?

Bon pour rester dans un ton sérieux, je fais partie de ceux qui pense que le savoir se doit d'être accessible à tous. L'hypnose comme n'importe quel autre chose peut être utiliser de manière positive comme de manière négative. En réalité c'est le fond de la personne qui en déterminera l'utilisation. Un jardinier se servira d'un râteau pour jardiner, comme un meurtrier pourrait s'en servir pour donner des coups.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mis à part quand c'est avec mes amis, je ne fais pas de l'hypnose pour m'amuser. Enfin, si, aussi, mais c'est pas mon premier but.

 

Mon but, c'est de démystifier l'hypnose et permettre/apprendre aux volontaires de faire un peu d'auto-hypnose. Dans un sens, c'est un peu comme quand abclive dit que l'hypnose peut être utilisée de manière positive; je trouve que passer cette idée est tout aussi importante que de provoquer des phénomènes hypnotiques "pour jouer". Dans la séance de rue avec des inconnus, arriver jusqu'aux hallu avec un somnambule, au fond, c'est pas important. 

 

Mais les gens sont aussi là pour avoir des suggestions, et c'est vrai que c'est amusant. Donc je tente catalepsie et amnésies, et ensuite si le temps le permet et que les suggestions passent bien, je vais un peu plus loin. Mais je préfère réserver ces séances plus longues quand on a vraiment tout le temps qu'il faut avec des amis. :)

En tout cas, toujours finir par le p'tit ancrage-cadeau.

 

Pour ce qui est des dangers, tant que tu respectes l'éthique et que tu fais un bon pré-talk, ça va éviter les risques d'abréactions (sauf les abréactions spontanées complètement random donc super rares). Après, il y a tout ce qui peut être lié aux chutes. Ca, il faut juste faire attention.

Donc les "dangers de la pratique" sont assez minimes si tu installes bien un cadre rassurant et que tu restes dans l'éthique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à vous,

Je vois une possibilité un peu différente à celle proposée par Très Curieux, qui me fait sourire (mais c'est bien d'avoir essayé de répondre) : nous, les plus vieux, savons aussi prendre du temps devant la télé le soir, au ciné, ou différentes sorties....

 

Je pencherais plus sur le fait qu'à l'adolescence on est curieux de tout, puis jeune adulte, on reste ouvert, on cherche sa voie (professionnelle par ex). Les possibilités ouvertes par l'hypnose, à mes yeux, sont assez boulversantes (en tout cas pour ma part je suis scotché quand je vois ce que j'arrive à faire).

 

Une personne plus âgée, posée, va-t-elle conscienciemment accepter de remettre en cause ses connaissances sur le fonctionnement de son cerveau ? C'est une théorie perso, mais je crois que c'est là que ça gêne : avec l'âge, on n'aime de moins en moins l'inconnu.

 

Enfin, également, en étant jeune, on est plus orienté spectacle, alors qu'un peu plus âgé, on va plutôt chercher des applications humainement utiles (autohypnose, hypnothérapie).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis bien d'accord avec toi Lionel ... nos occupations ne dépendent que des priorités que l'on définit. Inutile d'invoquer les courses, le ménage, la popote, le linge, le taxi, le bain et les devoirs. Même avec tout cela à faire, tout parent est capable de s'octroyer 1 heure ou 2 par semaine pour s'essayer à l'hypnose de rue (ou s'occuper de lui). On entend dire que le temps passé devant la télé est de plus de 3 h par jour .... voilà des heures faciles à réaffecter par exemple.

 

J'aime bien tes propositions d'explications. Merci. (je crois que c'est à ça que sert le bouton "j'aime" mais vaut mieux remercier 2 fois qu'une. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Personnellement, je ne fais pas vraiment d'hypnose de rue mais plutôt de l'hypnose de spectacle ... pour ma motivation c'est de faire connaître la VRAIE hypnose, sans mystification, sans détour, sans mensonge blanc.

Je le fais aussi pour faire rire les gens, dans l'optique où se sont les gens sur scène qui ont du plaisir, ce qui, par conséquent, va amener le public à rire également de la situation et non pas du volontaire sur scène.

Je prend toujours aussi un moment pour parler de mes services en hypnothérapie! :)

 

Pour le fait qu'il y ai plus de gars que de fille qui en font ... effectivement on peut se demander pourquoi ! Y'a tout aussi peu de femmes magiciennes ... la scène fait peut-être peur, ou est-ce une question de peur de ne pas se faire prendre au sérieux?? Qui sait !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je rebondis sur vos derniers messages pour détailler un peu plus certaines expériences attendues par les hypnotisés, et les variations avec l'âge, et un exemple pour illustrer.

Dernièrement je me suis produit dans un bar. J'avais choisi d'aller de table en table, de 4 ou 5 personnes, et de faire du spectacle "réduit" : rien de grandiose, mais de simples mains collées que je fais durer longtemps, des transes approdondies (ce n'est pas forcément de l'hypnose, mais c'est un signe pour les personnes qu'il existe un bouillonement intérieur), puis les "classiques" amnésies etc -- tout ça qui n'est pas spectaculaire pour les personnes extérieures mais utiles pour les hypnotisés : avoir une vision différente de soi-même et de nos capacités.

Tout le monde était content. Le patron m'a précisé que certains voulaient tester et ça n'a pas été possible (je n'ai pas eu le temps pour tous -- quand je "prends" quelqu'un, je m'accorde une trentaine de minutes avec lui), et que d'autres voulaient un spectacle. Sur le coup j'ai dit Ok, mais après réflexion, « ce n'est "pas mon truc » : je ne suis pas là pour montrer ce dont je suis capable (en plus, vous êtes tous hypnotiseurs, vous savez qu'on n'a pas de mérite :o , que ça ne dépend que des hypnotisés), mais plutôt ce que les hypnotisés peuvent ressentir, et en réflexion ça perdure quelques jours.

 

Quant à ta question Diane, sur le fait d'une éventuelle peur de la scène ou de ne pas être prise au sérieux, je crois que c'est surtout que les femmes se distancient plus que les hommes du simple spectacle (sans vouloir trop généraliser) : vous êtes beaucoup plus réceptives sur le facteur humain que « poudre au yeux » et donc plus attentives aux formes alternatives de l'hypnose (plus orientées sur l'introspection) plutôt que le simple spectacle (j'aime quand même tes vidéos, tu le sais :-)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Lionel, en somme je ne suis pas contre ce que tu dis ... sauf que je préfère parler d'une question de personnalité plutôt que de genre :) Je trouve mon plaisir dans les deux formes d'hypnose que je pratique (thérapie et spectacle), et mes spectacles ne sont pas très "poudre aux yeux" haha !

Et en passant c'est pas parce qu'on fait un spectacle qu'on se montre ? Personnellement je fais du show car c'est plus évident à faire, vu notre météo et ma situation géographique! :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne m'étendrai pas sur les passions d’autrui chacun les siennes, pas besoin de se justifier quand on aime le tennis alors pourquoi le devrions-nous pour l'hypnose? ;)

 

Maintenant quand on est passionné par l'hypnose, le seul moyen de s'améliorer est de pratiquer en allant a l'encontre des gens. On parle souvent de vouloir transmettre des bonnes choses a nos sujets, mais on parle moins de ce que ca nous apporte: expérience, confiance en soi, et développement personnel. Pour les pros, ca les fait meme manger.

 

Ma motivation c'est le contrat gagnant/gagnant que je passe avec mon sujet. Découverte, divertissement, bien-être.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

"J'ai visionné beaucoup de vidéos et je n'ai pas encore eu la chance de "voir" en vrai, des street-hypnotiseurs (ça ne saurait tarder, il y a une manif. le 16 novembre à Paris) . Une 3ième question me brûle les lèvres"

--> Quelles sont les deux premières ?

 

".... quelle est VOTRE motivation pour vouloir ainsi, dans la rue, hypnotiser quelqu'un ? En effet, si le phénomène semble encore marginal"

--> Marginal, ça dépend où. Les rares fois où j'ai parlé d'hypnose à Toulouse, il y a toujours quelqu'un qui connait quelqu'un qui s'est fait hypnotisé.

 

"il me semble qu'il touche les jeunes gens et les jeunes adultes essentiellement. Est-ce le filtre du web qui me donne cette impression ?"

--> Probablement, il n'y a qu'à voir la moyenne d'âge des stagiaires en hypnose impromptu pour se rendre compte que ce n'est pas un pré-carré adolescent.

 

"J'ai l'impression qu'il y a très peu de street-hypnotiseurs père ou mère de  ... je me trompe ?"

--> Ça dépend de ce qu'on appelle "peu". J'ai aussi remarqué qu'il y a avait très peu d'hypnotiseurs roux, ou noirs, ou barbu, ou asiatique... Dans la mesure où nous ne sommes pas tant que ça, forcément, dès qu'on commence à sélectionner selon un critère particulier, ça ne fait plus beaucoup de monde à la sortie.

 

"Dans le même ordre d'idée, à regarder les vidéos et parcourir les forums on a l'impression que les XY sont plus impliqués que les XX dans cette activité ? Là encore, qu'en est-il vraiment ?"

--> De ce que j'en ai vu, il y a en effet très peu de femmes dans "cette activité" ; ce serait intéressant de savoir pourquoi.

 

 

"Merci de ta réponse abclive ; J'espère, si tu tentes un jour l'héro et que tu aimes, que tu ne seras pas tenté de suivre la même voie ;-)"

--> Espérons que s'il trouve un jour le secret du bonheur, il ne sera pas tenté de suivre la même voie ;-)

 

"Ce que je veux dire : "Quid des dangers de la pratique ? " "

--> À ma connaissance, l'hypnose ne produit pas d'accoutumance, ni de dépendance. Aucun risque de dépression respiratoire comme avec l'héroïne. Comme elle s'administre oralement le plus souvent, il n'y a pas de risques d'infection, ni d'abcès, liés aux injections intraveineuse. Lorsque le matériel d'induction est mis en commun, il n'y a a priori pas de risques de transmissions du SIDA ou de l'hépatite C entre les différents volontaires ou entre l'hypnotiseur et les volontaires. Enfin, même lorsqu'une bonne hygiène n'est pas respecté, que ce soit par l'opérateur ou l'hypnotisé, les risques de développements de maladie ne sont pas corrélés à l'expérience d'un état hypnotique.

 

 

En espérant avoir répondu à toutes tes questions ! :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement
×
×
  • Créer...