Aller au contenu

STREET- THERAPIE


Recommended Posts

Je sens que je vais en faire hurler quelques-uns mais je tente le coup.

 

Je lance un nouveau concept la street-thérapie.

 

Explication, beaucoup d’entre nous pratiquant depuis quelques temps la street-hypnose se tournent vers l’hypnothérapie, font une formation à titre perso ou pour ouvrir un cabinet.

Parmi ceux là, qui n’a jamais en street fait une séance basé sur le bien-être, la relaxation, la détente avec des inconnus qui après discussion recherchaient plus ce moment pour x raisons (un examen à passer, un rendez-vous professionnel, etc.) plutôt que de se retrouver la main collé sur la tête, oublier un chiffre, ou toutes autres phénomènes hypnotiques, ou avec des amis pratiquer une séance basé sur la détente dans un milieu plus confiné que la rue, on aborde déjà un aspect thérapeutique.

 

Pensez-vous que l’hypnothérapie ne peut être réalisé que dans un cabinet ?

perso je pense que non, si on me fait une séance je préférerai un lieu en extérieur, un parc, une forêt, une plage, en montagne etc. un lieu qui facilitera ma détente, je ne dis pas de faire une séance en street avec un attroupement autour mais on peut trouver un endroit dans une ville ou en dehors plus approprié.

 

Posez-vous la question, ne serait-il pas plus facile de lâcher prise dans ces conditions un lieu ou vous vous sentez bien plutôt qu’ un cabinet médical ?  

 

Notre avantage en street et de pratiquer dans une configuration que nous ne maîtrisons pas entièrement qui nous permet d’acquérir une aisance dans la communication face à une personne ou un groupe de personnes, cet acquis va nous permettre de mieux évoluer dans notre vie de tous les jours et dans notre communication verbale dans un autre contexte que la rue.

 

Ne peut-on pas profiter de cet acquis et après avoir fait une formation en thérapie pratiquer en street ?

Ma réponse, c’est pas pour tout de suite mai on peut l’envisager.

 

 

Et vous qu’en pensez-vous ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Personnellement, j'aurais tendance à dire que je suis favorable.

Mais (car oui il faut bien un mais), j'ai peur qu'en faisant de la street-thérapie, certains s'y lancent aussi sans aucune formation en thérapie, et ce côté là me fais peur.

Donc finalement, je pense que cette idée est bien, mais qu'avant de la pratiquer il faut sensibilisé les hypnotiseurs à ne pas essayer sans formation. Et j'ai bien peur que cette étape ne puisse pas être faite à 100%.

Où alors il faut que cette pratique se fasse discrètement.

Enfin c'est un sujet complexe qui mérite d'être débattu :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Lâcher-prise certainement mais se confier dans la rue... je ne demande qu'à voir ;)

(se confier est une étape de la thérapie, dans la rue il y a trop de monde qui peuvent écouter)

 

ensuite bon nombre d'hypnotiseur de rue n'ont pas une once de base de psychologie..

 

et en cas de "dérapage" sur qui sera reporté la faute ?

Sur l'hypnotiseur ou sur l'hypnose en général ?

 

 Mais il y a un moyen de faire entre les deux.

Avec de la détente des ancrages de bien-être,etc ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

alban et neuneu, dans mon post je précise bien les conditions dans les questions que vous vous posez,

 

ce qui m'intéresse c'est:    est-ce possible dans un avenir proche?

 

je prends un exemple, imaginez, si vous devez consulter un psy préférez vous en cabinet ou dans un parc, que vous deux, à l'ombre d'un arbre avec juste le bruit des oiseaux pour vous accompagner dans vos pensées.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Quand on parle de thérapie on ne parle pas d'un problème profond qui demande de l'intimité.

Mais comme Ronald je pense que parfois le petit cadeau hypnotique de fin de séance est une forme "light" de thérapie.

 

Exemple: une maman ayant assisté à d'autres démos lors du réveil m'a demandé de déstresser et motiver sa fille car elle était en période de blocus.... est-ce de la thérapie ????

Avec un beau petit mail de remerciement par après ;-)

 

C'est vrai que suivant la personne on peut suggérer autre chose que des pieds collés ou oublis de mémoire, on peux sans rentrer dans l'intimité ou sans jouer à l'apprenti sorcier proposer d'autres choses.

Pour les ados c'est amusant mais quand on a une personne plus mûre, il faut avoir d'autres cordes à son arc.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Faire de la thérapie dans un parc s'il fait beau et trouver un coin où peu de monde passe serait sympathique.

Il faut que le lieu s'y prête un minimum.

 

Je suis certain que nombre d'entre nous seront marier l'utile à l'agréable car nous sommes assez intelligent pour savoir ce qui eut être fait en street ou ce qui demande un cadre plus professionnel. ( et sans sous-entendu)

 

le lieu importe peu, on peut faire de la street chez des gens si on le souhaite car on garde une certaine manière d'amener la séance.

(changer street par thérapie ça marche aussi ;))

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas nécessairement le street est pour leur faire découvrir ce qui est possible par des petites expériences ludiques.

Qu'ils soient intéressés par l'aspect thérapeutique c'est une bonne chose mais ils faut quand même leur expliquer que cela se fait de façon plus sérieuse et par des personnes formées pour en milieu moins animé que la rue.

Mais comme dit plus haut cela n'empêche pas une approche plus sérieuse avec de la relaxation, confiance en soi, ....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ma réponse : oui... Mais non.

 

Oui c'est possible, faisable, et je pense même que certains le font déjà très bien. C'est un concept mis en avant par l'équipe de Bertrand Millet (Street Coaching) et qui a l'air de plutôt bien fonctionner.

Le lieu importe peu. En revanche, le CADRE est méga important. Et ce que je reproche à Bertrand Millet, c'est d'aborder les gens dans une approche "ludique" et petit à petit de faire dériver (à la demande du volontaire, évidemment) vers un cadre thérapeutique. Ce mélange, personnellement, ne me convient pas.

Alors que proposer une séance d'emblée thérapeutique dans la rue ne me poserait aucun soucis.

 

NON NON NON ET RE NON pour le revendiquer publiquement en tant que street hypnotiseur, parce que l'hypnose ludique doit être "cadrée" pour être accessible à tout le monde. Dès lors que l'on montre la possibilité de mélanger street hypnose et thérapie, on ouvre la porte à d'innombrables débordements de débutants hypnotiseurs qui, sous couvert de volonté d'apporter de l'aide à l'autre, feront plus de mal que de bien par manque de formation et/ou de compétences.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il ne faut surtout pas le revendiquer sous peine de voir la pratique de la street s'éloigner de ce qu'elle doit être. Une pratique ludique et respectueuse. J'ai vraiment trop peur que si l'on commence à banaliser ce genre de pratique cela devienne vraiment mauvais, à la fois pour notre image qui commence à être bonne, et pour les volontaires.

 

C'est la normalisation de la déviance qui me fait peur. Quand on voit certain jeunes hypno qui sont incapable d'apprendre ne serait-ce que un peu de vocabulaire spécifique il y à de quoi se poser des questions si on entre dans cette voie la. 

 

Je comprend ta démarche Ronald mais j'aurais vivement préféré une discussion entre "initiés" (quoi que cela puisse vouloir dire), de manière discrète pour en débattre. Sinon cela risque de donner des mauvaises idées. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En fait beaucoup le pratique déjà à différent niveau que cela soit dans le cadre d'une "thérapie" ou d'une séance d'hypnose de rue. 

Maintenant voila, en faire la promotion comme pour l'hypnose de rue "standart" ... rejoins JE, sans cadre cela peut vite déborder.

 

Mais meme si à première vue ce n'est pas évident, tu peux trouver un cadre qui correspond a cette "discipline" et une manière de la faire connaitre.

Toute pratique peut évoluer et d'ailleurs il ne faut pas en avoir peur si c'est fait en intelligence.

 

Por répondre à ta question, je me sentirai bien mieux dans un parc assis sur l'herbe que dans un cabinet:!!

 

Edit : Oui Kewa, je pense que ca y ressemble

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

Notre avantage en street et de pratiquer dans une configuration que nous ne maîtrisons pas entièrement qui nous permet d’acquérir une aisance dans la communication face à une personne ou un groupe de personnes, cet acquis va nous permettre de mieux évoluer dans notre vie de tous les jours et dans notre communication verbale dans un autre contexte que la rue.

 

Ne peut-on pas profiter de cet acquis et après avoir fait une formation en thérapie pratiquer en street ?

 

Jean-Emmanuel je précise bien, après avoir fait une formation.

 

ce qui est important aussi c'est le fait d'avoir une aisance sur le plan communication qui sera bénéfique en thérapeutique ce qui n'ai pas obligatoirement le cas d'un thérapeute qui aura fait une formation mais qui aura peut-être ce manque sur le plan de la com qui est quand même la base en hypnose.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pank fait de l'hypnose de rue sur un échange basé sur le bien-être mais pas vraiment du thérapeutique.

 

ce que je vois, c'est vraiment une séance thérapeutique pour x problèmes,

je prends un exemple: t'appelle ton thérapeute et au lieu de fixer ton rendez-vous dans un cabinet il te donne rendez-vous dans un lieu que tu choisis, un des avantages c'est que tu iras à ton rendez-vous dans un état de stress moindre et plus ouvert pour aborder ta séance.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pank non, mais Bertrand Millet le fait déjà.

J'ai bien lu Ronald, avec formation, mais il n'empeche que ce ne sera pas écrit sur ton front que tu as fait une formation adéquate :(

Et d'autres peuvent être tentés de faire pareil sans la formation adéquate.

Dans la rue, ou dans un parc, ok. Mais avec des spectateurs : Non ! Je maintiens :P

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

 je ne dis pas de faire une séance en street avec un attroupement autour mais on peut trouver un endroit dans une ville ou en dehors plus approprié.

 

Jean-Emmanuel j'ai déjà précisé dans mon post mais tu lis trop vite, prends ton temps tu vas nous faire un ulcère à vouloir aller trop vite ;)

 

 

supposons, Jean-Emmanuel  je te propose une séance thérapeutique dans un lieu que tu choisis plutôt que dans mon cabinet dans quel état sera tu?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il me semble que rajouter le mot "street" devant le mot "thérapie" ne crée pas en soi un nouveau concept.

 

Je m'explique : des thérapeutes, comme Bertrand Millet (mais d'autres également) font de la thérapie là où ils jugent que cela servira le mieux la séance. Le choix du lieu peut être lié à la problématique du client. Ou encore à la disponibilité logistique du praticien (on ne dispose pas toujours d'un cabinet là où on a besoin de faire une séance). La thérapie ne se caractérise pas par son lieu d'exécution. 

 

Par ailleurs, le cadre de ce forum est limité à l'hypnose ludique. C'est pour ça qu'on y parle d'hypnose de bar, d'hypnose de spectacle, mais pas - comme sur le groupe Hypnose de facebook par exemple - des problématiques de nos clients éventuels.

 

Ce qui n'empêche pas d'ailleurs certains volontaires de s'approprier les suggestions de l'hypnotiseur à leur façon. Il y a sur ce site de très beaux témoignages de séances ludiques qui ont probablement été des électrochocs dans la vie des gens. Je pense notamment à cet hypnotiseur qui avait fait une hallucination gustative à sa volontaire, sans savoir que cette dernière avait perdu le goût depuis des années, et qui avait ainsi déclenché des larmes de bonheur et probablement bien davantage chez cette personne.

Mais il ne voulait pas faire de thérapie. Ça s'est produit, comme une rencontre. 

 

Ensuite, si la "street-thérapie" est sensée fonctionner comme la "street-hypnose" ; à savoir avec l'hypnotiseur qui aborde les gens ou une pancarte qui attire les curieux, alors cela me semble limite dangereux. Les gens que nous hypnotisons dans la rue n'ont rien demandés à la base. Ils se sont laissés tenter par l'expérience, par curiosité. Se présenter directement comme étant un street-thérapeute, c'est d'une certaine façon dire aux gens "donnez-moi un de vos problèmes que je m'en occupe" ; c'est une position méga-haute, qui est déconseillée dans la plupart des écoles d'hypnothérapie, qui ne favorise pas l'engagement de la personne et ne respecte pas non plus son écologie. En hypnose de rue, on veut du résultat immédiat. Il n'est pas intéressant que la personne ait des hallucinations deux heures après nous avoir rencontré. En thérapie, on se fout un peu du résultat immédiatement visible. Il y a aussi une dimension stratégique à prendre en compte, qui peut se tisser sur plusieurs séances.

 

Enfin, je ne considère pas que détendre la personne ou laisser à qqun un ancrage de bien-être puisse être qualifié de "thérapie". Ou alors il faudrait également considérer que sourire aux gens dans la rue est de la thérapie (ce qui peut se défendre je vous l'accorde, mais j'ai peur que le thème du débat manque de consistance s'il se diluait autant).

 

 

PS : Pour autant, il est vrai qu'avec le nombre grandissant de personnes qui se forment à la thérapie, il pourrait être intéressant dans un avenir proche d'avoir une section du forum qui soit dédiée aux techniques "avancées" ; tout en restant dans le ludique, car il me semble que ce serait dénaturer l'esprit street-hypnose que de parler thérapie. Mais alors que de plus en plus de thérapeutes se forment aux techniques de rue pour les utiliser en cabinet, sans doutes serait-il intéressant de discuter entre personnes formées, des techniques de thérapies qui peuvent être utilisées dans un cadre ludique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Si je ne me trompe pas (je n'ai aucune formation thérapeutique et ne compte pas me plonger dans ce monde là pour le moment, j'ai encore du temps devant moi pour ce genre de choses), je croyais que les séances d'hypnothérapies demandaient du temps, et de revoir le patient assez souvent non?

Cela ne poserait-il pas de problèmes dans le sens où il est beaucoup plus difficile de suivre les "patients" (puisqu'on est en thérapie)? Les rencontres se font aléatoirement, et en une seule séance d'hypnothérapie, peut-on soigner un patient?

 

De plus, j'ai également un peu peur : si certaines personnes compétentes (comme a l'air de l'être Ronald) font de la "street-thérapie", certains beaucoup moins expérimentés et sans formation vont à coup sur vouloir tenter cette pratique et au final vont faire plus de mal que de bien à leur volontaire... :mellow:

 

Désolé si j'ai dit n'importe quoi!  :D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour, 

 

Je rejoins mes camarades sur certains points : 
 

- Pour qu'une thérapie fonctionne peu importe mais il faut que la personne ait une demande, une demande qui émane de lui. C'est ce qui le motivera à changer à long terme. On ne peut pas se permettre d'aiguiller des personnes vers des soins sans leur accord c'est éthiquement limite, c'est presque de la "mauvaise" manipulation.
 

- Non, une séance d'hypnothérapie n'est pas de la relaxation ou du bien être, du moins pas seulement. La thérapie, cela peut être violent, le changement ce n'est pas facile, il faut chercher dans la vie du patient, dans ses émotions... Ce n'est pas instantanée, si l'on veut le faire il faut s'investir avec le patient. Donc effectivement, Ronald, s'il s'agit de faire de la thérapie en extérieur avec des patients qui t'ont appelé parce que tu es formé à cela pourquoi pas. Personnellement, moi je ne me vois pas faire une thérapie en extérieur en tant que patiente ou thérapeute (que je ne suis pas encore) tout simplement parce que le cadre est important pour moi. Je le vois comme un marqueur, un ancrage de ce que je veux faire. Un  lieu investi d'un but, je vais quelque part où je suis en sécurité pour quelque chose. D'ailleurs à ce sujet, niveau assurance, c'est à voir, il est déjà très difficile d'assurer son cabinet en hypnose.

Personnellement, je préfère le concept de street-coatching qui consiste à donner un moment de relaxation, un ancrage d'un lieu sûr, une discussion sur les thérapies existantes, des techniques respiratoires ou des discussions un peu plus poussées amené par le patient que l'on sait recadrer. Cependant, là encore, il vaut mieux avoir des bases solides pour être à l'aise avec soi-même et ce que l'on propose. 

Des mini-bn :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour, 

 

Je rejoins mes camarades sur certains points : 

 

- Pour qu'une thérapie fonctionne peu importe mais il faut que la personne ait une demande, une demande qui émane de lui. C'est ce qui le motivera à changer à long terme. On ne peut pas se permettre d'aiguiller des personnes vers des soins sans leur accord c'est éthiquement limite, c'est presque de la "mauvaise" manipulation.

 

- Non, une séance d'hypnothérapie n'est pas de la relaxation ou du bien être, du moins pas seulement. La thérapie, cela peut être violent, le changement ce n'est pas facile, il faut chercher dans la vie du patient, dans ses émotions... Ce n'est pas instantanée, si l'on veut le faire il faut s'investir avec le patient. Donc effectivement, Ronald, s'il s'agit de faire de la thérapie en extérieur avec des patients qui t'ont appelé parce que tu es formé à cela pourquoi pas. Personnellement, moi je ne me vois pas faire une thérapie en extérieur en tant que patiente ou thérapeute (que je ne suis pas encore) tout simplement parce que le cadre est important pour moi. Je le vois comme un marqueur, un ancrage de ce que je veux faire. Un  lieu investi d'un but, je vais quelque part où je suis en sécurité pour quelque chose. D'ailleurs à ce sujet, niveau assurance, c'est à voir, il est déjà très difficile d'assurer son cabinet en hypnose.

Personnellement, je préfère le concept de street-coatching qui consiste à donner un moment de relaxation, un ancrage d'un lieu sûr, une discussion sur les thérapies existantes, des techniques respiratoires ou des discussions un peu plus poussées amené par le patient que l'on sait recadrer. Cependant, là encore, il vaut mieux avoir des bases solides pour être à l'aise avec soi-même et ce que l'on propose. 

Des mini-bn :)

 

Vu les précisions tout à fait judicieuses de Prici , je vais repréciser ma pensée.

Hypnothérapie, il faut clairement une demande de la personne et une personne formée pour y répondre, quant au lieu tant que l'intimité de la personne est respectée que ce soit à la montagne, la mer, ou un cabinet tant que la personne se sente bien et est prête à faire son travail sur elle même ....

 

Lors de mes messages précédents je faisais donc plus référence à une forme légère de street coaching.

Je ne vois pas ou est le mal à donner un petit ancrage détente, ou faire s'envoler le stress comme suggestion , ou donner de la motivation à un étudiant , sportif tout en restant général .....

Je sais qu'il faut mettre des limites mais comparé au bouton du rire et pleur (que perso je n'utilise pas mais un bouton stop/rire) qu'elle est la différence ?

Est-ce mal de laisser partir la personne avec son bouton rire ? (certains le demandent)

Pour le reste je reste évidement égoïstement ;)  dans le ludique car son bien être je ne le ressens pas alors que le reste je peux rire avec lui :)  :) 

 

Idem quand certains font une analgésie/anesthésie de la main et qui explique au volontaire que maintenant leur cerveau a appris à le faire et qu'ils vont pouvoir le faire n'importe quand et avec n'importe quelle partie du corps.

Je n'ai lu personne se plaindre de voir de la pratique hypnothérapie ou coaching.....

 

Sujet qui va provoquer un long débat je pense.... mais intéressant

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement
×
×
  • Créer...